In English In English

Le Refuge du Laisonnay: Historique.

" De Friburge une piste de plus en plus étroite et mauvaise conduit à l'orée du Parc National, au Laisonnay, simple hameau estival, dorant ses pierres couvertes de lichens au pied d'une belle cascade. L'une des vieilles maisons, bien rénovée, est tenue par une vieille dame qui nous reçoit en hôtesse; elle nous offre un havre de repos, de douceur et de sérénité incomparable, des mets simples: pain de campagne, jambon, laitages! Nous sommes ici certainement à l'une des plus belles entrées du Parc National. Roger FRISON-ROCHE. La Vanoise - Parc National - 1972

 

Les fondateurs. Serge et Catherine Mino ont fondé le premier refuge privé de Parc National de la Vanoise

En 1960 Serge et Catherine Mino, hôteliers à Champagny-en-Vanoise acquièrent une petite étable de montagne au Laisonnay. Ils entreprennent de gros travaux pour aménager la maison et décident de se retirer dans ce village perdu après les saisons d'hiver au village. Mais c'était sans compter sur la réputation de ce couple. Très vite les gens du pays leur rendent visite, et Serge et Catherine reprennent leurs habitudes en leur offrant l'hospitalité ce qui attise la curiosité des touristes qui se joignent aux tablées. Les randonneurs désireux de faire une halte dans le hameaux s'habituent à l'endroit, la demande croit très rapidement.  Ainsi, en 1963 ils décidèrent d’ouvrir un débit de boisson offrant couchage et restauration. Le Refuge du Laisonnay, premier refuge privé du parc national de la Vanoise, était né…

 

Naissance d'une tradition.

A cette époque, le refuge accueillait jusqu’à 70 personnes et les banquets étaient très nombreux. Les anciens chasseurs ou les habitants de Champagny peuvent aujourd’hui vous raconter une anecdote à propos du caractère de « la Mère Mino », et de la bonne humeur qui était toujours au rendez-vous. Ceci était peut-être du aux légumes du potager de Catherine ainsi qu'au bon goût que prend le vin à cette altitude…

 

Voir des images sur l'histoire du premier refuge privé du Parc National de la Vanoise

 

 

La succession.

 

Après le décès de Catherine, c’est le fils Jean Mino qui reprit l’activité. Passionné de montagne et de gastronomie, guide du patrimoine de la Savoie et conférencier intarissable sur l'histoire de la Savoie, il était très engagé dans le développement de la station de Champagny.

Ainsi, il a été à l’initiative de la création du Refuge de la Glière et de nombreux évènements qui sont toujours présents à Champagny (mise en valeur de l’Eglise Saint Sigismond, Salon des peintres et de la création...).

Jean décida de remettre en état le refuge pour pouvoir à nouveau accueillir les randonneurs et amateurs de bonne cuisine. Avec l’aide de nombreuses personnes, ce fût chose faîte en 1992 lorsque d'importants travaux fûrent réalisés afin de mettre en conformité les installation en respectant l’authenticité et l’originalité du bâtiment.

La capacité d’accueil du refuge passe de 70 à 16 personnes, offrant ainsi un confort certain…

Jean décédera subitement en 1996.

 

La continuité.

 

Conscients de la nécessité de perpétuer la tradition, ce sont sa femme, son frère, ses enfants et petits enfants qui décidèrent de ne pas abandonner l’activité. Toutes ces personnes se sont donc mobilisées autour de Françoise, fille de Jean Mino, pour que le refuge reste le lieu de rencontre et d’échanges pour tous les passionnés de montagne.

 

Aujourd’hui encore, on y vient pour déguster les vraies spécialités savoyardes traditionnelles et les produits du terroir en toute simplicité et convivialité. Françoise Deschamps, son mari et ses enfants tiennent la maison qui est une affaire familiale depuis 4 générations.